2019

LE 106 Quai Jean de Béthencourt • 76100 Rouen
Infoline : 02 32 10 88 60 • info@le106.com

JP Bimeni est un survivant. Né au Burundi, il a fui son pays pour échapper à la guerre civile des années 90, et à la mort qui l’a frôlé plus d’une fois. « Only the strong survive », chantait Jerry Butler. Réfugié à Londres, JP Bimeni est devenu un incroyable soulman, dont la voix brûle comme celles de Sam Cooke ou Otis Redding. Dans un écrin de soul rétro, JP Bimeni soigne sa vie en chantant, en dansant, comme sur son premier album Free Me. Au Burundi, JP Bimeni était d’ascendance royale. Pour sa première tournée française aux Nuits de l’Alligator, il est promis au trône de nouveau roi de la soul.

Un gros cliché dit que le maloya est le blues de la Réunion. Pour sûr, c’est une musique de la terre, de l’héritage africain, des cérémonies secrètes et de la transe. Et pour sûr, Ann O’Aro est une nouvelle voix saisissante du maloya, immédiatement adoubée par le maître Danyèl Waro. Dans ses chansons et son premier album-choc, Ann O’Aro descend aux enfers pour affronter et dompter les démons d’une enfance déchirée par l’inceste. On a rarement entendu une musique aussi intense, forte et bouleversante. Sur scène, sa voix, sa présence et son corps qui danse transcendent une vie de blues.

Sorti par un label américain, le premier album du trio auvergnat Muddy Gurdy a reçu tous les honneurs, y compris au pays du blues. Et c’est normal : ce très bon disque, ils l’ont enregistré dans le Nord du Mississippi avec des légendes locales (Cedric Burnside, Shardé Thomas…), et surtout avec leur vielle à roue. Oui, leur vielle à roue. Muddy Gurdy invente la rencontre de deux traditions qui ont en commun la terre, le rythme, la transe, l’étincelle et aussi l’amour. Leur tournée aux Nuits de l’Alligator devrait leur apporter une reconnaissance scénique largement méritée.

Aucun message