2023

LE 106 Allée François Mitterrand • 76100 Rouen
Infoline : 02 32 10 88 60 • info@le106.com

A chaque édition des Nuits de l’Alligator, un pas de côté pour danser et ressentir le blues autrement, loin de ses racines américaines mais tout près de la liberté. Le pied gauche en 2023, c’est l’inclassable chanteuse turque Gaye Su Akyol, pionnière du revival rock psyché en Turquie et intronisée grande prêtresse de l’Istanblues. Depuis une dizaine d’années, Gaye Su Akyol joue tendu et cathartique, au carrefour du rock psyché, de la soul et surtout de l’héritage musical anatolien, avec la voix suprême d’une Donna Summer post-punk. Son nouvel album, Anadolu Ejderi, intensifie le propos et donne envie de danser sur des sabres. Pour le pied droit, voir Des Lions pour des lions.

Le seul défaut des Nuits de l’Alligator, c’est de se dérouler chaque année pendant la période de Mardi-Gras. Les meilleurs fanfares sont alors réquisitionnées à la Nouvelle-Orléans. Mais avec Des Lions pour des lions, on a trouvé mieux qu’une meilleure fanfare. Une fanfare brute, punk, free et techno, composée de seulement quatre musiciens, mais qui semble avoir dévoré les sons de transe du monde entier, et les recrache dans une explosion de volcan. La formation est insolite : deux cuivres, un tambour du Rajasthan, une guitare électrique bluesy et du chant frénétique. Basé à Angers, le groupe se montre aussi bon dans la rue à l’arrache que sur une scène. Il fait trembler la terre, décroche la lune, appelle à la transe primitive et cosmique. Des Lions pour des lions promet d’être la révélation inoubliable du festival.

Aucun message